Profil des 12 wilayas pilotes

Les 12 wilayas pilotes sont : Alger, Ain Témouchent, Annaba, Batna, Bejaia, Chlef, Khenchela, Mila, M’Sila, Saida, Skikda, Tlemcen. Un profil de chaque wilaya est en cours d’élaboration.

Profil des 12 experts juniors

12 jeunes archéologues ont été recrutés par le Programme, en qualité d’experts juniors, pour travailler pendant une année et demi dans les directions de la culture des wilayas pilotes, créant ainsi un premier noyau du « service inventaire » chargé de l’Inventaire général et de la coordination sur le terrain des opérations d’inventaire des biens culturels protégés.

Certains d’entre eux ont déjà quelques expériences de travail, stages dans des administrations locales ou des fouilles avec des organismes de recherche. Installés dans les 12 directions de la culture, ils sont les acteurs principaux de l’identification des sites et objets du patrimoine matériel et des éléments du patrimoine immatériel à inventorier.

Leur travail au quotidien consiste à constituer des informateurs de choix, experts et personnes ressources faisant appel aux réseaux centraux et locaux d’institutions et des secteurs associatif, universitaire et privé. Ensuite, ils complètent les fiches d’inventaire et ils les envoient aux experts seniors du Programme (siège à Alger), pour le travail de révision et pré-validation. Cette phase initiale de « rodage » de la méthode et de test des fiches permet également d’alimenter les outils complémentaires (systèmes descriptifs et thésaurus).

Formation et initiation au travail sur le terrain

8 semaines de formation (du 24 janvier au 17 mars 2016) :

  • 2 semaines de formation théorique-pratique et de visites aux institutions clé (Alger)
  • 1 semaine de travail indépendant de recherche (Alger)
    • Première présentation et évaluation du travail
  • 2 semaines d’approfondissement de la formation théorique-pratique (Alger)
    • Rencontre des 12 Directions de la Culture (25 février 2016)
  • 1 semaine d’initiation au travail sur le terrain (DCW d’affectation)
  • 2 semaines de consolidation des capacités et conclusions (Tipaza et Alger)
    • Deuxième présentation et évaluation finale du travail

Le programme a été conçu dans la perspective d’assurer une formation intégrée à l’inventaire général du patrimoine culturel. Une attention particulière a été portée aux biens culturels immobiliers et mobiliers, alors que le patrimoine immatériel sera introduit plus graduellement. Le programme a prévu une première semaine de formation théorique sur la méthodologie de l’inventaire et le cadre institutionnel et législatif national, en consonance avec les recommandations internationales. Les objectifs de l’inventaire et les trois différents niveaux (recensement, pré-inventaire, inventaire) ont été expliqués aux jeunes experts. Une série de travaux dirigés lors de visites guidées et de travaux pratiques dans les institutions du secteur ont aidé à consolider cette formation de base et initier la partie pratique, ponctuée par une première semaine de travail de recherche individuelle en archives et bibliothèques à Alger.

Dans une deuxième phase, les compétences ont été consolidées par un approfondissement des formations en parallèle avec la familiarisation du passage du niveau 1 au niveau 2 des fiches d’inventaire. Plusieurs exercices de rédaction des fiches ont été réalisés dans les institutions, les sites archéologiques et les musées visités. Une journée de lancement du processus d’initiation de cette action pilote a eu lieu à la fin de cette deuxième phase (correspondante à la cinquième semaine), dans laquelle les experts-stagiaires ont rencontré les représentants de leurs wilayas d’affectation (directeurs de la culture et chefs service patrimoine). Cela a permis de préparer leur accueil dans leurs postes de travail et de sensibiliser les représentants locaux de la culture à la méthode proposée.

La troisième phase a été consacrée à une première expérience des juniors sur le terrain, dans leur wilaya d’affectation. L’expérience sur le terrain leur a apporté des éléments concrets de connaissance de la situation réelle et leur a permis une première vérification de la méthode avec l’équipe d’encadrement. Le dispositif de suivi prévoit des missions sur le terrain des formateurs ainsi que des séminaires thématiques pour le renforcement des capacités. S’agissant d’archéologues, la formation insistera particulièrement sur la précision de l’information et du vocabulaire et sur les problématiques spécifiques de l’inventaire du patrimoine architectural et des biens culturels mobiliers et immatériels.