La société civile et le milieu associatif en particulier sont aujourd’hui appelés à jouer un rôle de premier ordre dans la mise en œuvre de politiques de protection et de valorisation du patrimoine culturel algérien.

La loi de 1991 relative au statut des associations en a favorisé l’essor et le Ministère de la Culture a intégré ces partenaires privilégiés parmi ses priorités en créant une sous-direction en charge de les soutenir.

Toutefois, le tissu associatif doit se professionnaliser et se structurer progressivement afin de passer d’un simple rôle critique à celui d’acteur socio-culturel pérenne en mesure d’accompagner d’une part les pouvoirs publics dans la mise en œuvre de politiques territoriales et, d’autre part, de sensibiliser et d’éduquer les publics aux valeurs du patrimoine culturel à travers des projets citoyens.

C’est la raison pour laquelle, le Programme a inscrit parmi ses priorités le renforcement du mouvement associatif sur les questions de protection et de valorisation du patrimoine culturel à travers la mise en place d’un appel à projets publié en février 2015. Suite à une série de rencontres d’informations – tenues à l’échelle locale et régionale – entre les experts du programme Patrimoine et les représentants d’associations, 45 d’entre elles ont pu déposer un dossier de candidature.

A l’issue d’une évaluation par un comité composé de cadres du Ministère de la culture et d’experts dans le domaine, dix-huit actions ont été in fine retenues et bénéficient depuis mai 2016 d’une subvention de l’Union européenne via un co-financement de 90 %.

Les projets retenus se déploient dans plusieurs Wilayas du pays – parmi lesquelles Béchar, Boumerdes, Chlef, Ghardaïa, Laghouat, Oran, Ouargla, Mostaghanem, M’Sila, Tipaza, Tizi Ouzou, et Tlemcen – et traduisent une volonté d’appropriation progressive de l’ensemble des champs du patrimoine culturel par la société civile et les citoyens.

Les associations mettront en œuvre, au cours des 12 à 18 prochains mois, une multitude d’initiatives et de manifestations en faveur du patrimoine culturel mobilier, immobilier et immatériel. Celles-ci s’inscrivent aussi dans une perspective de développement socio-économique à travers la promotion du tourisme culturel, la formation aux métiers du patrimoine et la création d’emplois, la transmission des traditions orales et des savoir-faire artisanaux sans oublier la restauration et la conservation de monuments historiques, d’habitats vernaculaires et de manuscrits anciens.

Le cadre juridique de l’appel à propositions

  1. Cadre législatif national des associations : la Loi 12-06 sur les associations
  2. Cadre juridique du patrimoine culturel algérien : la Loi 98-04 sur le patrimoine culturel ainsi que les textes d’application.
  3. Financement européen géré par les procédures suivantes :
    1. La convention de financement RADP/UE (11-2012)
    2. Le guide pratique des procédures pour les contrats d’aide extérieure de l’UE (PRAG 2014).

L’appel à propositions prévoyait 3 types d’actions thématiques :

  1. Lot 1 : Actions permettant de renforcer les associations déjà actives et expérimentées en matière d’identification, de conservation et/ou de valorisation du patrimoine culturel.Budget prévisionnel : 600.000 Euros.
  2. Lot 2 : Actions de moindre envergure portées par des associations œuvrant dans le secteur du patrimoine culturel.Budget prévisionnel : 450.000 Euros.
  3. Lot 3 : Actions dans le domaine du Patrimoine immatériel.Budget prévisionnel : 350.000 Euros.

Autres mesures de renforcement des associations

Le programme Patrimoine prévoit des actions de renforcement du milieu associatif algérien en proposant des formations à l’attention des cadres institutionnels et des acteurs des associations.

En effet, un cycle de 11 modules de formations a été élaboré afin de renforcer le rôle et les capacités des acteurs œuvrant pour la protection et la valorisation du patrimoine culturel en Algérie, tant au niveau institutionnel qu’à l’échelle de la société civile. Ces modules s’adressent à deux catégories d’acteurs aux actions complémentaires.

Un premier groupe cible sera constitué des cadres de la sous-direction du Ministère de la Culture et de la direction de la culture des wilayas qui sont au cœur des politiques publiques en matière de patrimoine culturel. Ces personnels prendront part à deux ateliers pratiques visant à définir et élaborer le processus participatif en faveur des associations en établissant le format des appels à projets ainsi que les procédures en matière d’évaluation et de suivi de projets financés par le MdC.

Deux modules permettront, dans un deuxième temps, aux cadres institutionnels de se familiariser aux procédures définies lors de ces ateliers et de former les formateurs qui auront la mission d’accompagner les associations à la formulation des projets financés par le MdC.