La Casbah d’Alger (Composante A)

Régénération urbaine et mise en valeur du système de fortification de la Casbah d’Alger.

Le projet-pilote couvre la zone de la « Haute Casbah » situé dans la Wilaya d’Alger, comprenant les bastions 8 et 11 et ses alentours ainsi qu’un itinéraire qui connecte ces deux bastions.

La Casbah d’Alger peut être considérée comme un véritable laboratoire national et international de sauvegarde d’un centre historique urbain, où plusieurs intervenants ont expérimenté des approches différentes pendant les dernières décennies. Le tissu urbain et social, bousculé par les démolitions et les événements du XIXème et de la première moitié du XXème siècle, a fait l’objet d’initiatives ponctuelles de réhabilitation, mais souvent sans une vision globale permettant de régénérer une cohérence et une relation de la Casbah avec le reste de la ville.

Le PPSMVSS de la Casbah, approuvé en 2012, est un instrument encore trop jeune pour permettre de réaliser un premier bilan. Dans le cadre de sa mise en œuvre, un comité intersectoriel d’orientation et de suivi des travaux de restauration de la Casbah d’Alger a été créé par le Wali en décembre 2013, pour activer le processus de réhabilitation. En outre, des études pour 24 îlots ont été confiées à des bureaux d’études pour analyse et planification.

Les travaux de réhabilitation et de mise en valeur du système de fortification de la Casbah d’Alger ont pour objectif d’utiliser un élément remarquable du paysage urbain comme point focal autour duquel déclencher le processus de régénération, selon une approche intégrée intervenant sur les espaces publics, les monuments et l’habitat.

La consultation des acteurs, notamment du MdC et de la Wilaya d’Alger, a mis en évidence une volonté, par ces derniers, de participer activement dans ce processus en partenariat avec l’Union européenne.

Les objectifs particuliers de la composante A sont :

  1. Améliorer la connaissance scientifique, historique, technique et archéologique du système de fortification de la Casbah d’Alger et de ses transformations et en diffuser les résultats.
  2. Disposer d’un plan détaillé pour l’exécution de travaux de conservation, réhabilitation et mise en valeur du système de fortification et de son environnement urbain.
  3. Soutenir la pratique d’intersectorialité dans la mise en œuvre du PPSMVSS et promouvoir un processus de régénération urbaine intégrée et participative.
  4. Diffuser au niveau international le processus pilote de régénération et activer le débat sur la conservation et réhabilitation du patrimoine architectural en milieu urbain.
  5. Garantir une exécution de haute qualité des ouvrages, en ligne avec les meilleures pratiques et les standards internationaux de réhabilitation et mise en valeur architecturale en milieu urbain classé.

L’objectif 5 est subordonné à la contractualisation des marchés de travaux correspondants.

Dans ce cadre, le prestataire est en charge de mettre en œuvre, en étroite collaboration avec la direction du Programme Patrimoine et de l’Unité d’appui (UAP) une série d’activités qui s’inscrivent dans 3 volets différents et complémentaires :

Phase 1 : Etudes et analyses préliminaires & Conception des ouvrages à réaliser

  1. Analyses préliminaires du système de fortification de la Casbah d’Alger et des transformations, comprenant des relevés architecturaux détaillés des bastions 8 et 11, des analyses scientifiques, historiques et techniques, des fouilles archéologiques de la section murailles et d’autres éléments d’intérêt.
  2. Conception du plan détaillé d’exécution de travaux de restauration des bastions 8 et 11 et d’aménagement urbain, comprenant les analyses diagnostiques nécessaires, les études des matériaux et des structures des bastions, et toute autre analyse préliminaire nécessaire.
  3. Formulation de spécifications techniques pour la réalisation des ouvrages, en ligne avec les règles de l’art et les standards internationaux ainsi que conformément au modèle de l’Union européenne, disponible à l’adresse web suivante : http://ec.europa.eu/europeaid/prag/annexes.do?group=D

Phase 2 : Suivi de travaux d’exécution des ouvrages

  1. En tant que maître d’œuvre et pour le compte du maître d’ouvrage, suivi de l’exécution du marché de travaux (qui comprendra un chantier école pour des jeunes chômeurs, impliquant une association) conformément aux documents élaborés lors de la phase 1, notamment les spécifications techniques.

Phase 1-2 : Activités d’accompagnement

  1. Le prestataire devra également intervenir, en étroite coordination avec la Direction du Programme PATRIMOINE et l’UAP (Unité d’appui au Programme PATRIMOINE) dans le processus d’accompagnement à la conception et réalisation de ces travaux ainsi qu’à la gestion des centres historiques urbains. Cela prévoit le soutien scientifique à l’organisation d’un séminaire de lancement et de clôture et d’au moins deux ateliers de réflexion sur l’expérimentation intersectorielle de la mise en œuvre du PPSMVSS.
  2. Il devra aussi préparer le programme d’un voyage d’études de fonctionnaires des institutions concernées, pour visiter un modèle de gestion dans un site comparable. Ces expériences et la référence à des exemples internationaux de bonnes pratiques de gestion de l’habitat historique urbain pourront suggérer l’identification de mécanismes législatifs et institutionnels nécessaires au renforcement de l’intersectorialité.

Les travaux envisagés

Les travaux à considérer dans la phase de conception pourront comprendre (liste indicative à vérifier et actualiser dans la phase de l’avant-projet, au travers les résultats de l’analyse et en concertation avec les acteurs concernés) :

  • Consolidation structurelle et aménagement des bastions 8 et 11 : l’état de dégradation et d’abandon des deux bastions demande des travaux urgents de consolidation et stabilisation sur quelques parties et de restauration des parements, pour récupérer l’image qu’un monument classé demande.
  • Eclairage monumental des bastions 8 et 11 : la grande valeur dans le paysage urbain des deux bastions sera augmentée par les travaux. Pour bien profiter de cette mise en scène dans l’imaginaire des habitants et renforcer la reconnaissance des valeurs patrimoniales de l’ancien système de fortification, une installation pour l’éclairage monumental doit être mise en place pour les deux bastions.
  • Consolidation de la section des remparts à Bab el Jedid : la section des remparts placée du côté opposé de l’Avenue de la Victoire a fait l’objet de travaux d’étayage d’urgence à cause d’un écroulement. Pour éliminer la structure provisoire il faudra faire une nouvelle consolidation, pour mieux l’intégrer au système constructif du rempart.
  • Création d’un centre d’interprétation du système de fortification : la mise en valeur du système de fortification de la Casbah d’Alger demande la création d’un centre d’interprétation et un espace d’exposition.
  • Aménagement des espaces urbains autour des bastions 8 et 11 : plusieurs des espaces urbains autour des bastions se trouvent délabrés ou squattés par des éléments qui n’offrent pas un service aux habitants et qui endommagent la valeur et la qualité architecturale des bastions. Leur aménagement, pour être destinés à la jouissance des habitants, devra comporter la consultation et l’implication de ces derniers.
  • Mise en valeur d’un itinéraire culturel et monumental, ou « parcours des mosquées », entre les bastions 8 et 11 : la haute Casbah est la partie qui préserve le mieux la structure et le tissu urbain de la ville ancienne. L’opération proposée doit permettre une mise en valeur de l’extérieur vers l’intérieur en traversant toute la haute Casbah, en passant par plusieurs repères monumentaux, historiques et urbains. Des travaux d’aménagement et de mise en valeur de cet itinéraire sont prévus pour promouvoir un sens d’appropriation chez les habitants et faciliter la visite et la connaissance de la Casbah d’aujourd’hui.
  • Restauration des fontaines situées au long de l’itinéraire proposé : un élément de sociabilité par excellence sont les fontaines publiques qui se trouvent dans la Casbah (il y en avait des dizaines mais il n’en reste plus que 5 ou 6). Les fontaines situées au long du parcours de l’itinéraire de visite proposé, seront restaurées et entretenues pour rendre le meilleur service à la population du quartier.
  • Etudes et mise à jour des réseaux et pavage des rues : dans l’îlot à réhabiliter – où les propriétés privées seront pris en charge par la partie algérienne -, une rénovation complète de tous les réseaux est nécessaire. Tout d’abord, il faudra installer les nouveaux réseaux enterrés d’électricité, gaz, eau potable et assainissement, pour procéder par la suite à l’élimination des réseaux aujourd’hui en service. Le pavage existant sera réutilisé pour ces travaux. Une vaste coordination doit accompagner tous ces travaux.
  • Les travaux comprendront un chantier-école, pour former les jeunes chômeurs du quartier et les intégrer dans le processus de réhabilitation de la Casbah : les travaux de restauration et d’aménagement décrits doivent intégrer les activités de formation par le système de chantier-école. Les artisans experts dans les métiers traditionnels pour la restauration devront former les jeunes intéressés et engagés par les associations du quartier, pour les préparer aux travaux futurs de restauration.