Le plan d’action du Programme Patrimoine

La mise en œuvre du Résultat 1 du Programme vise à accompagner le Ministère de la Culture dans la mise en place des outils et des méthodes pour le développement d’un modèle de processus de l’inventaire général sur le territoire algérien, selon une approche multidisciplinaire, intersectorielle et participative. L’objectif est d’acheminer le processus de réalisation d’une « carte raisonnée du patrimoine culturel » en Algérie, à partir d’un recensement rapide des biens et des éléments du patrimoine culturel matériel et immatériel, protégés et non protégés. Cela correspond à la première étape d’un processus d’inventaire à trois niveaux (1. recensement, 2. pré-inventaire et 3. inventaire). Il vise à répertorier et mapper rapidement l’ensemble du patrimoine culturel algérien, de manière à conformer une base solide pour la sélection des biens qui passeront à un inventaire plus approfondi tout en incorporant des critères pour leur gestion.

Une approche thématique sur le territoire

Vue l’étendue de l’Algérie, la portée et les enjeux de l’inventaire mais surtout pour l’urgence de disposer d’une cartographie et d’un outil de gestion, l’inventaire général dans les wilayas pilotes sera abordé en priorité selon une approche thématique sur le territoire. Cette approche se configure comme la meilleure option pour dé-complexifier la mission d’inventaire. Le choix raisonné de thématiques communes permettra, dans une phase successive, de définir facilement des critères de sélection sur la base de la comparaison.

La définition des thématiques pour les trois domaines constitue en elle-même une étape du processus de développement de la méthodologie. Elle implique nécessairement les différents acteurs directement ou indirectement chargés de l’inventaire mais aussi les scientifiques et chercheurs du domaine. Il faudra prendre en compte les critères déjà identifiées par la stratégie nationale pour les biens immobiliers (cf. Schéma Directeur de 2007) et les lignes guides pour les biens mobilier et immatériels (Loi 98-04 sur la protection du patrimoine culturel).

Par cette approche, le processus d’inventaire peut être assimilé à une étape préliminaire du « catalogue » proprement dit, dans le sens où les biens sont déjà groupés selon la thématique d’appartenance et font l’objet d’analyses et de comparaisons visant à optimiser leur gestion.

Les sept axes stratégiques du plan d’action

Pour aboutir à une « carte raisonnée du patrimoine culturel » en Algérie, la stratégie proposée se décline en sept axes stratégiques comprenant chacun de 2 à 4 propositions concrètes d’activités :

  • L’axe stratégique prioritaire 3 (Développer des outils et des méthodes) est l’axe porteur, qui inclut les activités prévues par la Convention de Financement pour sa mise en œuvre dans le cadre du Programme.
  • Les autres axes stratégiques comportent des propositions d’activités complémentaires et transversales (qui ont été sélectionnées et certaines initiées) pour nourrir la politique de l’inventaire général et permettre la mise en place d’un modèle.

IMAGE6

Axe stratégique (complémentaire) 1 : Valoriser l’existant

Plusieurs actions d’inventaire ont été initiées dans le passé par différents acteurs : institutions sous-tutelle du Ministère de la Culture, centres de recherche et/ou de formation et universités, autres ministères, projets de coopération, etc. ; il s’agira d’abord de recenser ces initiatives et d’organiser les résultats, faisant une sorte de « inventaire des inventaires » à travers des actions de valorisation des recherches et création de bases de données. Quatre actions pilotes différentes qui ont été identifiées vont dans ce sens.

Axe stratégique (complémentaire) 2 : Organiser la documentation

La documentation historique et technique est fondamentale pour toute action d’inventaire, sa disponibilité et numérisation, son partage intra-institutions, sa conservation et sauvegarde sont des activités prioritaires pour préparer la création du futur CNCD. Deux actions pilotes ont été sélectionnées dont une est déjà en marche.

Axe stratégique (prioritaire) 3 : Développer des outils et des méthodes

Le corpus intégré des outils d’inventaire (fiches, thésaurus, systèmes descriptifs, etc.) constitue une base incontournable pour la mise en place et l’expérimentation – par le biais de la formation – de la méthodologie d’inventaire au niveau central et local, ainsi que le moyen pour la structuration du système de gestion de l’inventaire. Des modèles de fiches pour les trois niveaux d’inventaire (recensement, pré-inventaire et inventaire) sont proposés et les outils complémentaires sont en cours d’élaboration.

Axe stratégique (complémentaire) 4 : Ouvrir à de nouveaux champs

La notion de patrimoine est en évolution constante en fonction du développement culturel d’un pays et de la culture internationale de la « patrimonialisation ». En effet, des catégories de biens culturels sont aujourd’hui sous-représentées dans la liste des biens classés en Algérie : parmi celles-ci, les jardins et les paysages culturels, l’architecture et le tissu urbain des XIXème et XXème siècles ainsi que les savoir-faire de l’artisanat. Trois actions pilotes sont proposée pour ces 3 types de patrimoines.

Axe stratégique (complémentaire) 5 : Elargir le champ des acteurs

Une conséquence de l’ouverture à de nouveaux champs de biens culturels est la nécessité d’élargir la participation active et dynamique à d’autres acteurs du territoire. Des actions favorisant l’implication des universités, des centres de recherche et de la société civile sont à envisager. Parmi celles-ci on peut citer au moins quatre opérations ; l’appui à la création d’un réseau académique pilote et la sensibilisation des enseignants à la question de l’inventaire, mais aussi la sensibilisation des acteurs du territoire, principalement les élus et les associations.

Axe stratégique (complémentaire) 6 : Affronter et gérer les risques

De nos jours la gestion des risques pour la sauvegarde du patrimoine culturel est une activité stratégique prioritaire qui se décline à différentes échelles du territoire ; des actions sont à envisager pour l’identification et la hiérarchisation des risques (les tremblements de terres en étant le principal) sur un territoire pilote, l’identification des intervenants et de leur rôle, la préparation de programmes de formation ciblant différents groupes (p. ex. : professionnels et techniciens des institutions concernées au niveau central et local, personnel de la protection civile, etc.). Trois actions pilotes sont envisagées.

Axe stratégique (complémentaire) 7 : Renforcer le cadre juridique

Aucune loi n’est intemporelle, elle est le produit d’une époque, d’un contexte et d’une approche culturelle à l’identification et sélection du patrimoine ainsi qu’à sa gestion. Le système législatif mis en place à partir de la Loi n°98-04 devrait faire l’objet d’un bilan et des précisions pourraient être proposées dans le but de s’aligner sur les développements internationaux les plus récents d’une part et d’assurer une optimisation de la gestion du patrimoine d’autre part. Deux actions pilotes ont été identifiées.

Une approche bi-composante de mise en œuvre

Deux approches parallèles sont proposées comme fils conducteurs de la stratégie et en particulier de l’axe stratégique 3 (Développer des outils et des méthodes) qui est l’axe porteur des activités du Résultat 1 du Programme :

  • Une approche « descendante », qui consiste à accompagner le processus de prise de décision sur différents aspects techniques et de gestion de l’inventaire. Elle est adressée aux décideurs des institutions directement et indirectement concernés par l’inventaire au niveau central et local et va donc du haut vers le bas. L’élaboration des fiches d’inventaire et des outils complémentaires constitue le point de départ, en vue de la définition du cahier des charges pour le développement d’un logiciel. Cette approche comprend également un appui institutionnel par des réunions bilatérales de concertation et d’un ensemble d’ateliers stratégiques, dont deux ont déjà eu lieu (Oran, 20-21 octobre 2016 et Alger 24-25 novembre).
  • Une approche « ascendante », plus « territoriale », ciblant les acteurs du territoire pour tester, par le biais d’activités de formation, le processus participatif et intersectoriel d’inventaire général. Elle va donc du bas vers le haut. Les 12 experts juniors recrutés et formés par le Programme en sont les protagonistes principaux. Ils sont destinés à constituer le premier noyau d’un « service inventaire » dans les directions de la culture des wilayas pilotes. Par leur activité, cette approche consiste à « faire émerger » la cartographie du patrimoine culturel des wilayas pilotes. Le but est de développer ainsi un modèle de mise en œuvre de la politique de déconcentration du Ministère de la Culture.